"No hay porvenir sin Marx. Sin la memoria y sin la herencia de Marx: en todo caso de un cierto Marx: de su genio, de al menos uno de sus espíritus. Pues ésta será nuestra hipótesis o más bien nuestra toma de partido: hay más de uno, debe haber más de uno." — Jacques Derrida

3/12/13

La transition au socialisme en Europe et aux Etats-Unis

  • Conférence prononcée le 14 octobre 2008, au Teatro Teresa Carreño, Sala José Félix Ribas de Caracas
Foto: Georges Labica
Georges Labica  |  Cher(e)s ami(e)s et camarades: A mon tour de remercier nos hôtes vénézuéliens de leur invitation et de leur accueil, comme toujours magnifiques. Avant tout, je vous prierais de m’excuser et de pardonner mon si mauvais espagnol. Mais j’ai pensé qu’il serait préférable pour vous d’écouter un espagnol fort médiocre plutôt qu’un français à peu près correct. Je confesserai qu’en prenant connaissance du thème qui m’avait été proposé pour la conférence de cette soirée, j’ai éprouvé deux surprises totalement opposées entre elles.

La première me donnait à penser que la question de la transition au socialisme était désormais une affaire réglée pour l’Europe comme pour les Etats-Unis, puisque, de toutes parts, on proclame que la fin des politiques néo-libérales et du règne du marché, donc peut-être du capitalisme est arrivée. « Retour de l’Etat », condamnation de la spéculation et de la « bulle financière », nationalisations et « moralisation », tels sont les slogans affichés aujourd’hui par les banquiers en faillite et les politiques qui les ont couverts. Un journaliste ne craignait pas de dire que Bush avait coiffé la casquette de Lénine et, dans son discours d’hier, votre Président lui donnait comiquement du « camarada ». Mais, trêve de plaisanterie.

Ma seconde surprise fut que le fait même de poser la question de cette transition était totalement dépourvu de sens, l’Europe comme les Etats-Unis se trouvant encore fort éloignés de tout changement radical.

Dès lors s’imposait de considérer deux types de réflexion, qu’il ne sera pas possible de développer dans un temps aussi bref que celui d’une conférence.

Quelles sont les raisons de cette apparente impossibilité ?

Je me bornerai à évoquer la nature du capitalisme mondialisé, car c’est bien de cela qu’il s’agit. Sa spécificité tient à son caractère destructeur. Le temps n’est plus où Marx et Engels soulignaient, dans leur Manifeste, le rôle progressiste joué historiquement par la bourgeoisie, dans la liquidation du féodalisme et dans la révolution permanente des moyens de production. Et ce caractère destructeur n’épargne aucun domaine, du travail, de la santé, de l’environnement, de la démocratie, du social, du judiciaire ou de l’intellectuel et même du financier, le système, ainsi que nous le voyons actuellement, parvenant à se phagocyter lui-même. Un seul exemple : tout se passe comme s’il existait des « hommes en trop », sans emploi, sans papiers, exclus de toutes sortes ; et même des peuples, comme ceux de Palestine ou d’Irak, dont on souhaiterait se débarrasser comme s’il s’agissait d’ordures. Le « démocrate » Clinton ne déclarait-il pas que les Etats-Unis étaient « la seule nation nécessaire » ?

Le cynisme de l’idéologie de la guerre contre le terrorisme, qui s’est substituée à celle des Droits de l’Homme, dénoncée par sa propre hypocrisie, justifie, depuis le Patriot act adopté sur le prétexte des attentats du 11 septembre 2001 (qui n’ont donné lieu à aucune enquête officielle), dans tous les pays, des mesures dites « sécuritaires », qui, en fait, ne visent que la surveillance et la répression de toute forme de contestation, singulièrement populaire. L’Etat, organisateur de l’insécurité a fait de la peur, des peurs, concomitantes des destructions qu’il provoque lui-même, un moyen d’hégémonie, lui assurant le monopole de la violence. Ainsi, la guerre élevée au rang d’une politique et le terrorisme d’Etat redoublent une exploitation économique, portée à son paroxysme, et créatrice d’inégalités sans cesse accrues. L’impérialisme, sous leadership étatsunien, a mondialisé la violence.

Une situation de « servitude volontaire » en est la conséquence, aussi bien en Europe qu’aux Etats-Unis. Elle est due à l’absence de toute perspective résolument anti-systémique, de la part de « gauches », syndicales comme politiques, ralliées au réformisme et à la gestion du capitalisme.

Partant, nous nous trouvons en présence de la situation la plus paradoxale qui soit. D’un côté, la crise démasque les rouages de la domination qui l’ont provoquée, qu’il s’agisse des actions criminelles des bourgeoisies au pouvoir ou de la gouvernance mondiale, que représentent ces véritables associations de malfaiteurs que sont le FMI, l’OMC, ou la BM. D’un autre côté, les masses souffrent encore de leur impuissance à s’emparer de l’opportunité qui leur est offerte de « changer le monde ». Or, l’occasion, en comparaison des précédentes crises, est tout à fait exceptionnelle, en ce qu’elle rend visible, au sens fort, le responsable, ou plutôt l’ennemi en personne, c’est-à-dire le mode de production capitaliste, parvenu au stade de la mondialisation. Un récent sondage, en France, faisait apparaître que telle était l’opinion de 65% des personnes interrogées. Ce qui revient à dire, pour parler clair, que, face aux incalculables désastres qui se préparent, la révolution est à l’ordre du jour.

Comme le disait José Marti: «En lo politico, lo real es lo que no se ve». Il nous appartient à nous, intellectuels engagés, si minime que soit notre pouvoir, de traverser les miroirs de tromperies et de mensonges, afin de nous faire les échos des luttes des travailleurs qui ne cessent de se multiplier et touchent aussi bien les exclus, en nombre croissant, que les couches moyennes, victimes, à leur tour, du système néo-libéral. Le refus, par exemple, de la prison capitaliste que représente la prétendue Union Européenne, exprimé par les peuples français, hollandais et irlandais, qui bloquèrent le processus d’intégration, lors du referendum sur la nouvelle constitution, témoigne de la possibilité de résistances, malgré la volonté de leurs bourgeoisies d’annuler ces scrutins. Je ne peux développer cette très importante affaire, je souhaite seulement attirer l’attention sur les armes dont nous disposons pour provoquer, impulser et aider la transition.

Sans qu’il soit nécessaire, pour cela, de recourir à la fantasmagorie d’un « socialisme du 21 ème siècle », ou de quelque « altermondialisme ». Notre boussole ne consiste pas non plus en la dénonciation de la fiction de « l’Empire » Elle demeure aujourd’hui comme hier la lutte de classes, à la fois internationale, avec les centaines de millions de travailleurs russes et chinois tombés sous l’ordre dominant, et nationale, tant il reste également vrai que chacun doit lutter dans son propre pays, en fonction de son histoire et du rapport des forces en présence. Ajoutons que la « Bête », comme disait ici même, il y a quelques années, Ramsay Clark, en évoquant l’impérialisme étatsunien, est doublement blessée, sur son propre territoire, où elle a donné la preuve de son incapacité face à la catastrophe, qui a frappé la Nouvelle-Orléans, et à l’extérieur, avec les guerres perdues d’Irak, d’Afghanistan et, par Israël interposé, du Liban. En dépit des bras cassés des gauches institutionnelles, syndicales et politiques, des mots d’ordre de portée mondiale, pourraient être avancés en faveur du démantèlement des bases militaires et des paradis fiscaux, de l’opposition à la marchandisation de l’eau, ou à la destruction des services publics, entre autres. Sans oublier que la fin de la propriété privée et la conquête du pouvoir par les travailleurs demeurent des tâches essentielles, et, avec elles, le recours à la violence émancipatrice, chaque fois qu’elle s’imposera.
http://labica.lahaine.org/

Notas sobre Marx, Engels y el marxismo

José Manuel Bermudo Ávila: Concepto de Praxis en el joven Marx Scribb
Josefina L. Martínez: Feminismo & Socialismo marxista - Eleanor Marx, la cuestión de la mujer y el socialismo Rebelión
Il “Capitale” di Marx, ricerca storica a 150 anni dalla pubblicazione del Volume I — Bergamo News
Entretien avec Michael Heinrich: Débat. “Le Capital”: un travail colossal “pour percer un système complet de fausses perceptions” — A l’encontre
Entrevista a Michael Heinrich: El Capital: una obra colosal “para desenmascarar un sistema completo de falsas percepciones” — Viento Sur
Robin Clapp: El Capital de Marx cumple 150 años: un análisis y una crítica inigualables del capitalismo, relevante todavía hoy — Werken Rojo
A 150 años de la primera edición de "El Capital": Una obra que trascendió a su época — La Arena
La dialéctica de lo abstracto y lo concreto en "El Capital" de Marx de Evald Vasiliévich Iliénkov — Templando el Acero
Francesc Torralba: "Todo lo sólido se desvanece en el aire" - ¿Y si Marx tuviera razón? — Vida Nueva
Michel Husson: Marx, Piketty et Aghion sur la productivité — A l’encontre
El “Dragón Rojo”, en Manchester: Cierran el histórico pub donde Marx y Engels charlaban "entre copa y copa" — BigNews Tonight
El capitalismo se come al bar donde Marx y Engels debatían sobre comunismo — El Español
Carta de Karl Marx al rabino Baruch Levi — Metapedia (Publicada en la "Revue de Paris" el 01-06-1928)
Tony Blair confiesa haber "tanteado el marxismo" — Sputnik
“Karl Marx le Retour” de Howard Zinn — Le Repúblicain Lorrain
Engels y la independencia política de los trabajadores — Marxist Internet Archive
Ante el fallecimiento de Friedrich Engels — OM Radio
Conmemoramos la vida del camarada Engels — Abayarde Rojo.
Hassan Pérez Casabona: Federico Engels, titán de las ideas — Trabajadores
Cinco aportes de Engels a 122 años de su muerte — Zócalo
Shameel Thahir Silva: Pensando en el nuevo partido de las FARC-EP y su marxismo-leninismo — Rebelión
Vingtras: "Les ingénieurs de l'avenir lumineux" — Mediapart
Carlos Oliva Mendoza: Adolfo Sánchez Vázquez: ¿marxismo radical o crítica romántica? — InfoLibre
Francisco Cabrillo: Cómo Marx cambió el curso de la historia — Expansión
Bernardo Coronel: ¿El marxismo es una ciencia? — La Haine
Sylvain Rakotoarison: Le capitalisme selon Karl Marx — Agora Vox
"Das Kapital", une oeuvre décisive de déconstruction du système de production, d'échange et d'exploitation capitaliste — Le Chiffon Rouge
Ismaël Dupont: Marx et Engels: les vies extravagantes et chagrines des deux théoriciens du communisme! — Le Chiffon Rouge Morlai
Mónica Zas Marcos: Rosa Luxemburgo, el águila de la izquierda que callaron con una bala — El Diario
Karl Marx & Friedrich Engels: Cartas sobre las ciencias de la naturaleza y las matemáticas — Scribb
La tarjeta de crédito de Karl Marx — Perspectivas
Mordraal: Quelques idées reçues sur Marx — Mediapart
Karl Marx et notre Etat profond français de souche — DeDefensa
Marx, el Estado y la política. Un libro de Antoine Artous — Scribb
Mehdi Touassi: Relire Marx en 2017 — LuxeRadio
Omar Carreón Abud: El Capital fue una obra pensada para enseñar a razonar científicamente a la clase obrera — Crónica de Chihuahua
Un asilo recrea época comunista en Alemania como terapia para los ancianos — Nación 321
Angelo Deiana: Chi possiede veramente oggi i mezzi della produzione? Una rilettura di Marx per comprendere il futuro — Formiche
Karl Marx et le prince-président Macron — DeDefensa
Entre Marx y dos economistas, ¿una práctica criminal o la justificación de un mundo violento? La Conversación
A los 100 años de su nacimiento, la obra de Eric Hobsbawm sigue siendo referente — La Vanguardia
Eric Hobsbawm: El último marxista de occidente — Milenio
Eric Hobsbawm, el historiador marxista que explicó el siglo XX — Diario de Sevilla
Romain Chiron: Bobigny: La cité Karl Marx se réinvente en quartier résidentiel — Le Parisien
Maciek Wisniewski: Tres despachos sobre György Lukács – La Haine
Quand Youssef Chahed cite Karl Marx (Video) – Huffington Post
Michael Heinrich - Entretien réalisé et traduit par Jérôme Skalski: «Avec Marx, on ne peut pas séparer la vie et l’œuvre» - L’Humanité
Jérôme Skalski: Lire "Le Capital", un appel au possible du XXIe siècle - L’Humanité
Face aux impostures libérales, Marx, penseur capital - L’Humanité
Karl Marx en el diván: la psiquiatría franquista como arma — El País
Andrea Vitale: Lo spettro di Marx — Operai Contro
Daniel Álvaro: El problema de la comunidad. Marx, Tònnies, Weber (PDF) — Dialnet, Universidad de La Rioja
Marx y la Teoría del Derecho — Scribd
El marxismo y los juegos malabares — Diario de Jerez
Jorge Ortega Reyna & Víctor Hugo Pacheco Chávez: John Berger: Un marxismo para el mañana — Memoria
Roberto Fineschi: El Capital tras la edición histórico-crítica — Viento Sur
Daniela Gros: Il giovane Karl Marx — Moked
Saoudi Abdelaziz: 1882. Karl Marx se fait couper la barbe à Alger — Le blog de algerie-infos
Jaime Osorio: La teoría marxista de la dependencia revisitada — Viento Sur
Andrés Arnone: Naturaleza y economía en Marx y Engels: de procesos naturales y construcciones sociales — La Izquierda Diario
Gustau Nerín: El 'Manifiesto comunista' de Marx y Engels, vuelve — El Nacional
Luigi Mascheroni: Che borghese quel Karl Marx. Parola di Morselli — Il Giornale
Eros Barone: Il segreto del potere capitalistico — Varese News
Luis Escalante: El hondureño que le escribió a Karl Marx — Hablemos de Honduras
José Roberto Herrera Zúñiga: El terrorismo individual: un análisis desde el marxismo clásico — Universidad de Costa Rica