"No hay porvenir sin Marx. Sin la memoria y sin la herencia de Marx: en todo caso de un cierto Marx: de su genio, de al menos uno de sus espíritus. Pues ésta será nuestra hipótesis o más bien nuestra toma de partido: hay más de uno, debe haber más de uno." — Jacques Derrida

27/5/15

Nature et forme de l'Etat capitaliste: analyses marxistes contemporaines

Antoine Artous, Tran Hai Hac, J.L. Solís Gonzáles & Pierre Salama   |   Dans ses plans du Capital, Marx avait prévu un chapitre sur l’État qui n’a jamais vu le jour; pas seulement pour des raisons de temps, mais, manifestement, à cause des difficultés théoriques dans l’analyse générale. Le Capital n’est pas un traité sur l’économie, considérée comme une science transhistorique, mais une analyse du mode de production capitaliste et de ses contradictions. Et la méthode de cette analyse est celle de la «critique de l’économie politique», sous-titre, on le sait du Capital. Si l’État est présent en creux dans de nombreuses analyses du Capital, il n’existe donc pas une théorie de l’État capitaliste, dans son articulation au mode de production capitaliste. Cela n’est pas une mince affaire, on va le voir.

Pour autant, il faut résolument rejeter comme non sérieux tous les discours qui font (ont fait) de Marx un penseur englué dans ce qui serait un «économisme», incapable de penser et d’analyser la politique. Au contraire, mis en relation avec son époque, Marx est un analyste politique remarquable.

Sans parler ici, de l’intérêt d’articles conjoncturels, trois aspects sont à souligner (Artous, 1999). Tout d’abord son analyse des régimes politiques; Le 18 brumaire de Louis Bonaparte est devenu un classique de la «science politique». Et la légèreté des analyses de la dialectique spécifique des formes politiques est toujours aussi frappante. Comparez-les à la lourdeur pâteuse des sociologies de traditions bourdieusiennes, dans leurs différentes variantes…, ont esquissé une double typologie des États modernes, plus exactement des différents profils nationaux de ces États. D’une part, ils donnent une place particulière à l’État -étatsunien qui n’a aucun passé féodal. D’autre part, ils rendent compte (et souvent avec des analyses qui font mouche) du profil des différeet pas seulement à cause de leur immense culture historiographique  Deuxièmement, Marx et Engels,nts États européens en fonction de deux approches (liées d’ailleurs entre elles): la forme de féodalisation spécifique des pays concernés et les formes de sortie du féodalisme dans ces mêmes pays. Cette typologie me semble toujours pertinente.

Enfin, les premiers textes de jeunesse de Marx, en particulier la Critique du droit politique hégélien et La question juivet Marx va toujours garder une sensibilité très forte dans la mise en évidence (et l’explication) des différences entre les formes politiques précapitalistes et l’État moderne; d’autre part, une mise en évidence des transformations radicales des formes d’organisation du social liées à cet État. Une série d’analyses faites alors sont pertinentes, mais n’ont jamais été reprises, réarticulées avec l’analyse des rapports de production capitaliste qui ne viendra que plus tard et s’épanouira dans  , sont entièrement centrés sur l’analyse des caractéristiques de l’État moderne. Sous deux angles. Tout d’abord en soulignant les ruptures d’avec les anciennes formes de pouvoir politique Le Capital.

Naturellement, cela serait trop facile s’il s’agissait juste de, en quelque sorte, réparer cet oubli en adossant les textes de jeunesse au Capital. Dans sa contribution «État et capital dans l’exposé du Capital », Tran Hai Hac fait apparaître avec rigueur et minutie, comment l’absence d’analyse systématique de l’État renvoie à des difficultés dans l’analyse de deux catégories stratégiques du point de vue de sa critique de l’économie politique: l’argent et la force de travail. Il propose de redéployer cette critique en intégrant la place constitutive de l’État dans l’analyse du rapport marchand et du rapport salarial.

On peut discuter de ses analyses (pour ce qui me concerne, je les partage), mais elles font bien apparaître qu’il n’est pas possible de traiter des rapports de production capitalistes sans traiter de l’État capitaliste; et vice versa. Force est de constater que pourtant cela a été longtemps le cas dans la tradition marxiste. Alors que l’État a occupé une place de plus en plus importante en son sein. Du point de vue stratégique (prise de pouvoir) et de l’expérience historique, avec la construction de l’«État soviétique». Ce qui domine durant toute cette période c’est la référence à l’État comme État de classes en général, avec la plupart du temps une simple répétition (ou des réajustements à la marge) des formules d’Engels dans L’origine de la famille de la propriété privée et de l’État.
Zoom sur les années 1960-1980 u «marxisme-léninisme» selon la te  En fait, c’est dans les années 1960-1980 que, comme sur d’autres sujets, des traditions de discussions et d’analyses ont été réactivées, en conjonction avec la crise du «marxisme stalinien»rminologie officielle. Pour trois raisons faciles à comprendre: la crise des États bureaucratiques du «socialisme réel», les besoins d’analyser le «néocapitalisme» et l’État-providence, tout en réactivant une thématique de critique de l’État et de ses institutions, sous l’effet de mobilisations ou de théorisations comme celle de Michel Foucault sur, pour le dire vite, les «micropouvoirs».

Le tout dans un contexte général de discussion sur l’ensemble de l’œuvre de Marx, la place des divers textes de Marx. Les textes de «jeunesse» et ceux de la période du Capital, les rapports entre la thématique de l’aliénation des premiers et du fétichisme du second, le statut du Capital comme, non pas comme science de l’économie, mais «critique de l’économie politique».

Dans ma contribution «Retour sur quelques difficultés et discussions», j’essaie de rendre compte non pas de ces débats généraux, mais de la façon dont ils ont pu se cristalliser sur la question de l’État. Plus précisément, comment ont-ils permis de réactiver (ou simplement de faire émerger…) une tradition marxiste d’analyse de l’État, non pas comme substance de classe transhistorique, mais comme «rapport de souveraineté et de dépendance», selon une formule de Marx, lié à un rapport d’exploitation spécifique. Et cela non pour dissoudre la politique dans l’économie ou dans un discours transhistorique sur l’État de classe, mais, au contraire, pour rendre compte de la place constitutive de l’État capitaliste dans les rapports de production ainsi que son ossature institutionnelle spécifique.

Il faudrait revenir plus en détail sur cette période et les nombreux auteurs qui ont travaillé sur l’État. Je m’en tiendrais à deux remarques.

ême s’il n’a pas, comme Trotsky, produit une analyse de l’État fasciste -, c’est sans doute le dirigeant communiste de l’entre-deux-guerres qui a eu l’intuition la plus nette du handicap représenté par l’absence d’analyse de l’État et des formes d’hégémonie «à l’Ouest», c’est-à-dire d’analyse des spécificités de l’État capitaliste. Perry Anderson (1978a), qui fait ces remarques, souligne cependant les limites de Gramsci pour le sujet qui nous concerne ici. Car ses développements sur le poids respectif de la «coercition» et du «consentement» concernent tous les États en général, et ne nous éclairent guère sur les spécificités de l’État capitaliste.  La première porte sur Gramsci qui a beaucoup été réactivé à cette époque et aussi un peu tiré dans tous les sens. Il en est somme toute peu question dans ce livre, alors que on pourrait ajouter que finalement Gramsci ne s’intéresse pas à l’État sous l’angle du Capital, c’est-à-dire sous l’angle de la conceptualisation des rapports de production capitalistes et du rapport salarial, de la théorie de la valeur comme forme sociale, du fétichisme de la marchandise et plus généralement du Capital e dire quelques mots sur Louis Althusser, la «nébuleuse althussérienne» dont on connaît le poids alors. D’autant que Nicos Poulantzas, qui à l’époque a le plus travaillé sur l’État, en faisait partie. Au-delà de ces différences et évolutions, cette nébuleuse est surdéterminée (pour reprendre ce concept pertinent d’Althusser) par une double problématique. D’une part, celle de l’économique, de la politique, de l’idéologique,etc., présentées comme des instances dont il faudrait produire les «concepts» puis, dans un second temps, penser leurs diverses combinaisons (relations) possibles afin de faire apparaître les différents modes historiques de production possibles. D’autre part, la volonté permanente d’évacuer la théorie de la valeur, les rapports marchands et les formes politico-juridiques qu’ils portent pour en faire de simples phénomènes de surface sans épaisseur.  ême si j’en traite plus en détail dans ma contribution  comme «critique de l’économie politique». Car c’est là une thématique que l’on retrouve chez tous les auteurs de ce livre. C’est pourquoi il est nécessaire.

C’est ainsi que dans un premier temps, Pouvoir économique et classes sociales (1970), Nicos Poulantzas se propose de faire une théorie générale de l’État (de l’instance politico-étatique), qui est le pendant de l’analyse de Marx dans Le Capital, présentée comme théorie générale (science) de l’économie. Dans un second temps, L’État, le pouvoir et le socialisme (1978), il explique, avec raison, qu’il n’est pas possible de faire une théorie générale transhistorique de l’État, mais simplement d’un État donné, en l’occurrence de l’État capitaliste, dont il veut alors analyser les formes d’individualisation spécifiques. Sa volonté est louable. Mais il écarte les rapports marchands pour ne prendre en compte que les effets du despotisme d’usine, au moyen des analyses de Michel Foucault sur les disciplines et l’État capitaliste n’apparaît alors que comme un immense État despote.
Etat et «critique de l’économie politique»

À cette époque, Jean-Marie Vincent, pionnier en France de la thématique de la «critique de l’économie politique» et du fétichisme, est un de ceux qui critiquent de façon la plus systématique la mécanique althussérienne des «instances». Il faut, explique-t-il, prendre comme point de départ la façon dont le procès de valorisation capitaliste se structure au travers deux niveaux historiquement inédits de la pratique sociale (généralisation des rapports marchands et exploitation de la force de travail) dont il s’agit alors de penser l’articulation.

Entre autres, Jean-Marie Vincent coordonne un livre, L’État contemporain et le marxisme (1975), où l’on rencontre des auteurs allemands, peu connus en France, de l’École dite de la «dérivation», qui veulent «dériver» (c’est-à-dire déduire logiquement) l’État des rapports de production capitalistes.
Dans sa contribution, José Luis Solís González revient sur ce courant, d’ailleurs divers, les limites de certaines analyses, mais l’intérêt de sa problématique (voir aussi Holloway et Picotto, 1980). À l’époque, dans son analyse de l’État, Pierre Salama se réclamait de cette école (Salama, 1979; Mathias et Salama, 1983). Il continue de le faire dans sa contribution: «L’État et ses particularités dans les pays émergents latino-américains.» Un texte qui a, en plus, l’intérêt d’intégrer une d’analyse des États des pays «périphériques» dans un débat politique et théorique qui a souvent été polarisé par l’analyse État du «centre», en fait, sur les caractéristiques des États issus de l’histoire européenne.

Les quatre auteurs de ce livre n’ont pas forcément des analyses similaires ou, simplement, traitent de l’État sous un angle différent. Mais tous se situent dans la tradition d’analyse dont je viens de parler. Comme je l’ai déjà souligné, elle fait référence au Capital, comme «critique de l’économie politique». C’est-à-dire non pas comme problématique visant à fonder une théorie scientifique transhistorique de l’économie, mais qui a pour but de produire une analyse du mode de production capitaliste et de ses contradictions.

Il s’agit alors d’analyser les dialectiques historiques particulières des formes sociales portées par ces rapports; sous l’angle de leur «objectivité» sociale, mais aussi des catégories idéelles qui les structurent. En effet, comme l’écrit Marx, il ne faut pas oublier que dans «toute science historique ou sociale en général […], le sujet […] est donné aussi bien dans la réalité que dans le cerveau, que les catégories expriment donc des formes d’existence […] de cette société déterminée» (Marx, 1969: 170). On est loin d’un «économisme»…

Au-delà de l’analyse de l’État capitaliste proprement dit, se joue donc une lecture particulière du « marxisme » qui a des conséquences sur toute une série d’autres terrains. Ainsi, je l’ai soulignée dans cette introduction, la conceptualisation du marché et de l’économie et celle de l’État sont indissociables. Comme le font remarquer Pierre Salama et Tran Hai Hac, certaines « faiblesses théoriques du Capital » concernant cette conceptualisation ne sont pas sans rapport avec une tradition marxiste (et son inscription historique) largement dominante qui a raisonné en une simple distinction entre un marché « qualifié d’anarchique, opposé à un plan supposé rationnel. Opposition qui conduit à considérer que le plan n fait l’État oit se substituer au marché pour que le prolétariat puisse maîtriser son avenir et se libérer par les machines » (Salama et Tran, 1992 : 3, 5).

Naturellement, ce faisant, il n’existe pas d’espace théorique propre pour penser la bureaucratisation. Au-delà, les caractéristiques propres à l’État capitaliste et les contradictions qu’il porte obligent, me semble-t-il, non de remettre en cause un radicalisme critique antiétatique, mais les apories de l’utopie marxienne du dépérissement de l’État «politique» au profit d’une problématique de démocratisation radicale du pouvoir politique.
http://www.marxau21.fr/

◆ El que busca, encuentra...

Not@s sobre Marx, marxismo, socialismo y la Revolución 2.0

— Notas notables
Moishe Postone: Il compito della teoria critica oggi: Ripensare la critica del capitalismo e dei suoi futuri — Blackblog Franco Senia
Pierre-Yves Quiviger: Marx ou l'élimination des inégalités par la révolution — Le Point
Hernán Ouviña: Indigenizar el marxismo — La Tinta
Emmanuel Laurentin: Les historiens américains et Karl Marx — France Culture
Adèle Van Reeth: Le Capital de Karl Marx: La fabrique de la plus-value — France Culture
Manuel Martínez Llaneza: Reproches a Marx acerca de El Capital (Bajo la égida de Friedrich Engels) — Rebelión
Victoria Herrera: Marx y la historia — Buzos
Alejandro F. Gutiérrez Carmona: La vigencia del pensamiento marxista — Alianza Tex
Víctor Arrogante: El Capital y las aspiraciones de la clase trabajadora — Nueva Tribuna
Mauricio Mejía: Karl Marx, el poeta de la mercancía — El Financiero
Emmanuel Laurentin: Karl Marx à Paris: 1843-1845 — France Culture
Jacinto Valdés-Dapena Vivanco: La teoría marxista del Che Guevara — Bohemia
Aldo Casas: El marxismo como herramienta para la lucha — La necesidad de la formación en la militancia — La Tinta
Héctor Salazar: Marx, dos aspectos fundamentales en su desarrollo: dialéctica y tránsito del idealismo al materialismo— Marx desde Cero
Evald Vasiliévich Iliénkov: La dialéctica de lo abstracto y lo concreto en El Capital de Marx — Templando el Acero
Vincent Présumey: 1837-1848: Suivi des écrits de Karl Marx: entre Epicure et Hegel - I — Mediapart
Vincent Présumey: 1837-1848: Suivi des écrits de Karl Marx: combat pour la démocratie - II — Mediapart
Vincent Présumey: 1837-1848: Suivi des écrits de Karl Marx: de la critique de Hegel à la critique de la société - III — Mediapart
Vincent Présumey: 1837-1848: Suivi des écrits de Karl Marx: charges critiques avec F. Engels - IV — Mediapart
Roman Rosdolky: Marx ésotérique et Marx exotérique — Palim Psao
Lepotier: Marx, Marxisme, Cui bono? — Bella Ciao
Andrea Vitale: La critica di Pareto a Marx: una abborracciatura — Operai e Teoria
Annelie Buntenbach: Marx provides us with a glimpse behind the scenes of capitalism — Marx 200
Antoni Puig Solé: La Ley del Valor y la ecología en Marx — Lo que somos
Vladimiro Giacché: Note sui significati di "Libertà" nei Lineamenti di Filosofia del Diritto di Hegel — Il Comunista
Salvador López Arnal: Manuel Sacristán (1925-1985) como renovador de las tradiciones emancipatorias — Rebelión
Paúl Ravelo Cabrera: Marx, Derrida, el Gesto Político y la supercapitalización mundial — Scribb
Dino Greco: In difesa del marxismo — Sollevazione
Alberto Quiñónez: Arte, praxis y materialismo histórico — Rebelión
Josefina L. Martínez: Feminismo & Socialismo marxista - Eleanor Marx, la cuestión de la mujer y el socialismo — Rebelión
John Bellamy Foster: Marx y la fractura en el metabolismo universal de la naturaleza — Scribb
José Manuel Bermudo Ávila: Concepto de Praxis en el joven Marx — Scribb
Carlos Oliva Mendoza: Adolfo Sánchez Vázquez: ¿marxismo radical o crítica romántica? — InfoLibre
Bernardo Coronel: ¿El marxismo es una ciencia? — La Haine
Sylvain Rakotoarison: Le capitalisme selon Karl Marx — Agora Vox

— Notas y comentarios sobre El Capital
António Ferraz: Os 150 anos do livro ‘O Capital’, de Karl Marx — Correio do Minho
Horacio Tarcus: Traductores y editores de la “Biblia del Proletariado” - Parte I & Parte II — Memoria
Emmanuel Laurentin: Le Capital, toujours utile pour penser la question économique et sociale? — France Culture
J.M. González Lara: 150 años de El Capital — Vanguardia
Roberto Giardina: Il Capitale di Marx ha 150 anni — Italia Oggi
Alejandro Cifuentes: El Capital de Marx en el siglo XXI — Voz
Marcela Gutiérrez Bobadilla: El Capital, de Karl Marx, celebra 150 años de su edición en Londres — Notimex
Mario Robles Roberto Escorcia Romo: Algunas reflexiones sobre la vigencia e importancia del Tomo I de El Capital — Memoria
Antoni Puig Solé: El Capital de Marx celebra su 150° aniversario — Lo que Somos
Jorge Vilches: El Capital: el libro de nunca acabar — La Razón
Carla de Mello: A 150 años de El Capital, la monumental obra de Karl Marx — Juventud Socialista del Uruguay
Rodolfo Bueno: El Capital cumple 150 años — Rebelión
Diego Guerrero: El Capital de Marx y el capitalismo actual: 150 años más cerca — Público
José Sarrión Andaluz & Salvador López Arnal: Primera edición de El Capital de Karl Marx, la obra de una vida — Rebelión
Sebastián Zarricueta: El Capital de Karl Marx: 150 años — 80°
Marcello Musto: La durezza del 'Capitale' — Il Manifesto
Esteban Mercatante: El valor de El Capital de Karl Marx en el siglo XXI — Izquierda Diario
Michael Roberts: La desigualdad a 150 años de El Capital de Karl Marx — Izquierda Diario
Ricardo Bada: El Capital en sus 150 años — Nexos
Christoph Driessen: ¿Tenía Marx razón? Se cumplen 150 años de edición de El Capital — El Mundo
Juan Losa: La profecía de Marx cumple 150 años — Público
John Saldarriaga: El Capital, 150 años en el estante — El Colombiano
Katia Schaer: Il y a 150 ans, Karl Marx publiait ‘Le Capital’, écrit majeur du 20e siècle — RTS Culture
Manuel Bello Hernández: El Capital de Karl Marx, cumple 150 años de su primera edición — NotiMex
Ismaël Dupont: Marx et Engels: les vies extravagantes et chagrines des deux théoriciens du communisme! — Le Chiffon Rouge
Jérôme Skalski: Lire Le Capital, un appel au possible du XXIe siècle - L’Humanité
Sebastiano Isaia: Il Capitale secondo Vilfredo Pareto — Nostromo

— Notas y reportajes de actualidad
María Gómez De Montis: El Manifiesto Comunista nació en la Grand Place — Erasmus en Flandes
Enrique Semo: 1991: ¿Por qué se derrumbó la URSS? — Memoria
Michel Husson: Marx, un économiste du XIXe siècle? A propos de la biographie de Jonathan Sperber — A L’Encontre
Homenaje a Wenceslao Roces, traductor de Marx — Club de Traductores de Buenos Aires
César Rendueles: Todos los Marx que hay en Marx — El País
Alice Pairo: Karl Marx, Dubaï et House of cards: la Session de rattrapage — France Culture
Sebastián Raza: Marxismo cultural: una teoría conspirativa de la derecha — La República
Samuel Jaramillo: De nuevo Marx, pero un Marx Nuevo — Universidad Externado de Colombia
Sergio Abraham Méndez Moissen: Karl Marx: El capítulo XXIV de El Capital y el “descubrimiento” de América — La Izquierda Diario
Alessandro Cardinale: Wolfgang Fritz Haug, la Neue Marx-Lektüre e la «Prasseologia» — Materialismo Storico
Joseph Daher: El marxismo, la primavera árabe y el fundamentalismo islámico — Viento Sur
Francisco Jaime: Marxismo: ¿salvación a través de la revolución? — El Siglo de Torreón
Pourquoi Karl Marx revient-il à la mode? — Radio Télévision Belge
Michel Husson: Marx, Piketty et Aghion sur la productivité — A l’encontre
Guido Fernández Parmo: El día que Marx vio The Matrix — Unión de Trabajadores de Prensa de Buenos Aires
Beatrice Debiasi: Il robot decreterà la fine delle dottrine di Marx? — Secolo Trentino
Cest: Karl Marx y sus "Cuadernos de París" toman vida con ilustraciones de Maguma — El Periódico
Leopoldo Moscoso: 'Das Kapital': reloading... — Público
Laura "Xiwe" Santillan: La lucha mapuche, la autodeterminación y el marxismo — La Izquierda Diario
Milliere Guy: Le fascisme de gauche gagne du terrain — Les 4 Vérités
Nelson Fernández: Los hijos uruguayos de Adam Smith y Karl Marx — El Observador
José de María Romero Barea: Hölderlin ha leído a Marx y no lo olvida — Revista de Letras
Ismaël Dupont: Marx et Engels: les vies extravagantes et chagrines des deux théoriciens du communisme! — Le Chiffon Rouge Morlai
Francisco Cabrillo: Cómo Marx cambió el curso de la historia — Expansión
El “Dragón Rojo”, en Manchester: Cierran el histórico pub donde Marx y Engels charlaban "entre copa y copa" — BigNews Tonight
Marc Sala: El capitalismo se come al bar donde Marx y Engels debatían sobre comunismo — El Español

— Notas sobre debates, entrevistas y eventos
Debate entre Andrew Kliman & Fred Moseley — Tiempos Críticos
David McNally & Sue Ferguson: “Social Reproduction Beyond Intersectionality: An Interview” — Marxismo Crítico
Gustavo Hernández Sánchez: “Edward Palmer Thompson es un autor que sí supo dar un giro copernicano a los estudios marxistas” — Rebelión
Alberto Maldonado: Michael Heinrich en Bogotá: El Capital de Marx es el misil más terrible lanzado contra la burguesía — Palabras al Margen
Leonardo Cazes: En memoria de Itsván Mészáros — Rebelión (Publicada en O Globo)
Entrevista con István Mészáros realizada por la revista persa Naghd’ (Kritik), el 02-06-1998: “Para ir Más allá del Capital” — Marxismo Crítico
Rosa Nassif: “El Che no fue solo un hombre de acción sino un gran teórico marxista” Agencia de Informaciones Mercosur AIM
Entrevista a Juan Geymonat: Por un marxismo sin citas a Marx — Hemisferio Izquierdo
Juliana Gonçalves: "El Capital no es una biblia ni un libro de recetas", dice José Paulo Netto [Português ] — Brasil de Fato
Entrevista a Michael Heinrich: El Capital: una obra colosal “para desenmascarar un sistema completo de falsas percepciones” — Viento Sur
Alejandro Katz & Mariano Schuster: Marx ha vuelto: 150 años de El Capital. Entrevista a Horacio Tarcus — La Vanguardia
Salvador López Arnal: Entrevista a Gustavo Hernández Sánchez sobre "La tradición marxista y la encrucijada postmoderna" — Rebelión
Jorge L. Acanda: "Hace falta una lectura de Marx que hunda raíces en las fuentes originarias del pensamiento de Marx" — La Linea de Fuego

— Notas sobre Lenin y el centenario de la Revolución de Octubre
Gilberto López y Rivas: La revolución socialista de 1917 y la cuestión nacional y colonial — La Jornada
Aldo Agosti: Repensar la Revolución Rusa — Memoria
Toni Negri: Lenin: Dalla teoria alla pratica — Euronomade
Entretien avec Tariq Ali: L’héritage de Vladimir Lénine — Contretemps
Andrea Catone: La Rivoluzione d’Ottobre e il Movimento Socialista Mondiale in una prospettiva storica — Marx XXI
Michael Löwy: De la Revolución de Octubre al Ecocomunismo del Siglo XXI — Herramienta
Serge Halimi: Il secolo di Lenin — Rifondazione Comunista
Víctor Arrogante: La Gran Revolución de octubre — El Plural
Luis Bilbao: El mundo a un siglo de la Revolución de Octubre — Rebelión
Samir Amin: La Revolución de Octubre cien años después — El Viejo Topo
Luis Fernando Valdés-López: Revolución rusa, 100 años después — Portaluz
Ester Kandel: El centenario de la Revolución de octubre — Kaos en la Red
Daniel Gaido: Come fare la rivoluzione senza prendere il potere...a luglio — PalermoGrad
Eugenio del Río: Repensando la experiencia soviética — Ctxt
Pablo Stancanelli: Presentación el Atlas de la Revolución rusa - Pan, paz, tierra... libertad — Le Monde Diplomatique
Gabriel Quirici: La Revolución Rusa desafió a la izquierda, al marxismo y al capitalismo [Audio] — Del Sol

— Notas sobre la película “El joven Karl Marx”, del cineasta haitiano Raoul Peck
Eduardo Mackenzie:"Le jeune Karl Marx ", le film le plus récent du réalisateur Raoul Peck vient de sortir en France — Dreuz
Minou Petrovski: Pourquoi Raoul Peck, cinéaste haïtien, s’intéresse-t-il à la jeunesse de Karl Marx en 2017? — HuffPost
Antônio Lima Jûnior: [Resenha] O jovem Karl Marx – Raoul Peck (2017) — Fundaçâo Dinarco Reis
La película "El joven Karl Marx" llegará a los cines en el 2017 — Amistad Hispano-Soviética
Boris Lefebvre: "Le jeune Karl Marx": de la rencontre avec Engels au Manifeste — Révolution Pernamente

— Notas sobre el maestro István Mészáros, recientemente fallecido
Matteo Bifone: Oltre Il Capitale. Verso una teoria della transizione, a cura di R. Mapelli — Materialismo Storico
Gabriel Vargas Lozano, Hillel Ticktin: István Mészáros: pensar la alienación y la crisis del capitalismo — SinPermiso
Carmen Bohórquez: István Mészáros, ahora y siempre — Red 58
István Mészáros: Reflexiones sobre la Nueva Internacional — Rebelión
Ricardo Antunes: Sobre "Más allá del capital", de István Mészáros — Herramienta
Francisco Farina: Hasta la Victoria: István Mészáros — Marcha
István Mészáros in memoriam : Capitalism and Ecological Destruction — Climate & Capitalism.us