"No hay porvenir sin Marx. Sin la memoria y sin la herencia de Marx: en todo caso de un cierto Marx: de su genio, de al menos uno de sus espíritus. Pues ésta será nuestra hipótesis o más bien nuestra toma de partido: hay más de uno, debe haber más de uno." — Jacques Derrida

17/10/15

Quand Karl Marx, Friedrich Engels, Victor Hugo, Auguste Rodin, Charles Baudelaire… habitaient Bruxelles (Belgique)

Joëlle Smets   |   La Belgique attira très vite de nombreuses personnalités étrangères. Durant les premières décennies de son existence, la jeune nation, et sa capitale en particulier, s’attacha bien des figures éminentes des pays voisins, des Karl Marx et Friedrich Engels, des Victor Hugo et Henri Rochefort, des Georges Boulanger et Alexandre Dumas, des Auguste Rodin et Charles Baudelaire, des Paul Verlaine et Arthur Rimbaud… Les uns vinrent trouver un refuge politique dans un jeune état dont la constitution était très libérale, quand les autres arrivèrent pour profiter de son rayonnement économique. «En 1830, la Belgique se sépare du Royaume-Uni des Pays-Bas, créé en 1815 après la défaite de Napoléon, pour installer un état tampon entre les grandes puissances européennes», explique Serge Jaumain, professeur d’histoire contemporaine à l’Université libre de Bruxelles et directeur du “Dictionnaire d’Histoire de Bruxelles”.

«La Belgique se révolte contre les souverains hollandais car elle souffre d’une situation économique difficile et de l’absence de liberté, en particulier celle de la presse. Très vite, en quelques semaines, la jeune nation se dote d’une constitution; une rapidité qui atteste de la volonté de tous, catholiques et libéraux, flamands et francophones, de devenir un pays indépendant. Et cette constitution est considérée à l’époque comme exemplaire. Elle est une des plus libérales d’Europe car elle respecte et protège les grandes libertés, la liberté de presse qui avait tant manqué sous l’autorité hollandaise, mais aussi la liberté d’enseignement chère aux catholiques et la liberté d’association. Mais tant de libertés ne font pas pour autant de la Belgique un pays démocratique. Il ne faut pas oublier qu’à l’époque, le vote est réservé à l’élite. Seulement 1 % de la population vote. Bruxelles attira également des artistes, écrivains et intellectuels par son rayonnement culturel. La capitale est pour eux un lieu intéressant de rencontres et d’activités créatives. Il faut se rendre compte que vers 1870, le pays est la 2e puissance économique mondiale et cela génère beaucoup d’argent qui est notamment investi dans le domaine culturel.»
Casa de Karl Marx en Bruselas
Karl Marx passa 3 ans à Bruxelles
Ainsi, les libertés garanties par la constitution attirèrent les personnalités étrangères qui connaissaient des ennuis dans leur pays en raison de leurs opinions politiques. Parmi celles-ci: Karl Marx. Expulsé d’Allemagne puis de France, le philosophe allemand débarquait en 1845 dans la capitale belge et s’installait avec femme et enfant à Saint-Josse pour déménager plus tard à Ixelles, rue Jean d’Ardenne. Dans la capitale, Karl Marx élabora la théorie du matérialisme historique avant de rédiger le Manifeste du Parti communiste. En 1846, il fonda le Comité de Correspondance communiste, dont l’ambition était d’unifier tous les socialistes européens et l’année suivante, il institua l’Association démocratique dont le but était la lutte pour la liberté et contre le despotisme en Europe. Marx fut très actif en Belgique, recevant chez lui de nombreux opposants politiques belges et étrangers. Mais ce ne sont pas ses activités qui lui valurent d’être expulsé. En 1848, l’homme fut chassé par le pouvoir belge qui craignait de voir la révolution française de 1848 faire tache d’huile sur son territoire. Marx sera resté trois ans à Bruxelles. Un séjour qui lui fera écrire 20 ans plus tard que la Belgique est «le paradis et la chasse gardée des propriétaires fonciers, des capitalistes et des curés». C’est pour rejoindre Karl Marx que Friederich Engels vint s’installer à Bruxelles en 1845. Les deux hommes s’étaient connus à Paris et y avaient passé des soirées arrosées qui avaient scellé leur amitié et leur connivence idéologique. À Bruxelles, les deux hommes continuèrent à travailler de conserve. Quand Marx fut expulsé de Bruxelles en 1848, Engels décida d’émigrer avec lui à Cologne puis à Londres.
Victor Hugo & Alexandre Dumas
C’est aussi des raisons politiques qui menèrent Victor Hugo en Belgique. En décembre 1851, il passait la frontière en catimini sous le nom de Jacques Firmin Lanvin. Le romancier, poète, dramaturge et homme politique fuyait Napoléon III qui venait de réussir un coup d’État. Hugo s’installa six mois sur la Grand-Place de Bruxelles qui l’avait ébloui quinze ans plus tôt. C’est là qu’il écrit “Histoire d’un crime”, le pamphlet “Napoléon le petit” et de nombreux poèmes. Comme l’explique l’historienne Cécile Vanderelen-Diagre dans le “Dictionnaire d’histoire de Bruxelles”, le romancier participa à la colonie d’intellectuels proscrits qui se retrouvaient au Cercle artistique et littéraire. À Bruxelles, Hugo rencontra le polémiste et homme politique français Henri Rochefort, qui lui aussi avait dû fuir Napoléon III. Mais dès l’été 1852, la publication de “Napoléon le petit ” contraignit Hugo à quitter notre pays. Dix ans plus tard, il revint passer la plupart de ses étés à Bruxelles, principalement pour organiser l’impression de ses ouvrages. Alexandre Dumas fuit s’installa également à Bruxelles à partir de 1851. Mais si le père des “Trois Mousquetaires ” aimait faire croire qu’il voulait échapper au règne de Napoléon III, c’est surtout ses créanciers qu’il fuyait. Menacé de prison pour dettes à Paris, l’homme était dépensier. Il avait l’habitude, dit-on, de terminer ses – nombreuses – relations amoureuses en couvrant ses maîtresses de cadeaux. Mais cela ne l’empêcha pas durant les deux années passées à Bruxelles de rencontrer fréquemment les opposants à Napoléon III, parmi lesquels Victor Hugo.
En la 'Maison des Bouchers', al sur de Grand Place, en Bruselas,
Marx y Engels escribieron aquí el Manifiesto Comunista en 1847
Paul Verlaine et Arthur Rimbaud
Condamné par la justice française pour la publication des “Fleurs du mal ” jugée contraire à la morale religieuse, Charles Baudelaire se réfugia à Bruxelles en 1864. Endetté, le poète escomptait également se refaire une santé financière en donnant des conférences. Elles ne séduisirent pas grand monde et cet insuccès lui fit détester Bruxelles. De plus, dans la capitale, Baudelaire connut de graves problèmes et y devint hémiplégique. Mais il eut le temps de rencontrer à plusieurs reprises Victor Hugo et l’artiste Félicien Rops qui illustrera “Les Fleurs du mal”. En 1867, Paul Verlaine, 23 ans, qui avait publié l’année précédente ses “Poèmes saturniens ” se rendit à Bruxelles pour rencontrer Victor Hugo. Mais de ses séjours dans la capitale, l’histoire retint surtout l’épisode tragique de 1873. De passage chez nous lors du tour d’Europe qu’il a organisé avec son amant, Arthur Rimbaud, Verlaine tira sur celui qu’il appelait “l’époux infernal ” et le blessa. Poursuivi par la justice, Verlaine demanda à Hugo d’intercéder en sa faveur et Rimbaud retira sa plainte, mais le poète fut malgré tout condamné à deux ans de prison, peine qu’il purgea à Mons. Après ce drame, Rimbaud, alors âgé de 19 ans, se réfugia à La Roche pour y achever “Une saison en enfer”. Il fera publier ses poèmes à Bruxelles à compte d’auteur mais, comme l’explique l’historienne Cécile Vanderelen-Diagre, par manque d’argent, il n’emporta que quelques exemplaires de son recueil et les offrit à ses amis. Les autres exemplaires de “Une saison en enfer” furent découverts par hasard en 1901 par un bibliophile bruxellois qui les rendit publics en 1914.
Auguste Rodin travailla 7 ans à Bruxelles
C’est comme membre de l’atelier du sculpteur français Carrier-Belleuse qu’Auguste Rodin, âgé de 30 ans, arriva à Bruxelles en 1870 pour participer aux importantes commandes de sculpture décorative reçues par Carrier-Belleuse. Trois ans plus tard, Rodin quittait l’atelier pour s’associer avec le sculpteur belge Antoine-Joseph Van Rasbourgh. À Bruxelles, l’éminent artiste français réalisa de nombreuses sculptures parmi lesquelles les groupes colossaux de l’Asie et de l’Afrique, les cariatides du Commerce, de l’Industrie, des Arts qui ornent la Bourse. Pour la salle du trône du Palais royal, il façonna l’Allégorie des Provinces et pour la façade du Conservatoire de musique, il fit également le buste de Beethoven entouré de petits génies ailés. Il sculpta encore de nombreuses cariatides des immeubles du boulevard Anspach. À Bruxelles, il peignit des toiles de la forêt de Soignes et fit des lithographies pour le journal satirique “Le Petit Comique”. En 1877, après sept années passées à Bruxelles, Auguste Rodin rentrait à Paris pour y connaître la gloire. Mais c’est en Belgique qu’il avait peaufiné son talent. Parmi les personnalités politiques françaises réfugiées en Belgique, une mention spéciale pour le général Georges Boulanger. Il arriva chez nous en 1889 après avoir été accusé de complot contre la sûreté intérieure française et de détournement des deniers publics. L’homme très populaire en France s’enfuit en compagnie de sa maîtresse, la vicomtesse Marguerite de Bonnemains. Condamné en France et accablé par la mort de son amie, le général se suicida sur la tombe de Marguerite au cimetière d’Ixelles, le 30 septembre 1891, faisant la “une ” du “Petit Journal”.
http://www.lesoir.be/

Notas sobre Marx, Engels y el marxismo

José Manuel Bermudo Ávila: Concepto de Praxis en el joven Marx Scribb
Josefina L. Martínez: Feminismo & Socialismo marxista - Eleanor Marx, la cuestión de la mujer y el socialismo Rebelión
Il “Capitale” di Marx, ricerca storica a 150 anni dalla pubblicazione del Volume I — Bergamo News
Entretien avec Michael Heinrich: Débat. “Le Capital”: un travail colossal “pour percer un système complet de fausses perceptions” — A l’encontre
Entrevista a Michael Heinrich: El Capital: una obra colosal “para desenmascarar un sistema completo de falsas percepciones” — Viento Sur
Robin Clapp: El Capital de Marx cumple 150 años: un análisis y una crítica inigualables del capitalismo, relevante todavía hoy — Werken Rojo
A 150 años de la primera edición de "El Capital": Una obra que trascendió a su época — La Arena
La dialéctica de lo abstracto y lo concreto en "El Capital" de Marx de Evald Vasiliévich Iliénkov — Templando el Acero
Francesc Torralba: "Todo lo sólido se desvanece en el aire" - ¿Y si Marx tuviera razón? — Vida Nueva
Michel Husson: Marx, Piketty et Aghion sur la productivité — A l’encontre
El “Dragón Rojo”, en Manchester: Cierran el histórico pub donde Marx y Engels charlaban "entre copa y copa" — BigNews Tonight
El capitalismo se come al bar donde Marx y Engels debatían sobre comunismo — El Español
Carta de Karl Marx al rabino Baruch Levi — Metapedia (Publicada en la "Revue de Paris" el 01-06-1928)
Tony Blair confiesa haber "tanteado el marxismo" — Sputnik
“Karl Marx le Retour” de Howard Zinn — Le Repúblicain Lorrain
Engels y la independencia política de los trabajadores — Marxist Internet Archive
Ante el fallecimiento de Friedrich Engels — OM Radio
Conmemoramos la vida del camarada Engels — Abayarde Rojo.
Hassan Pérez Casabona: Federico Engels, titán de las ideas — Trabajadores
Cinco aportes de Engels a 122 años de su muerte — Zócalo
Shameel Thahir Silva: Pensando en el nuevo partido de las FARC-EP y su marxismo-leninismo — Rebelión
Vingtras: "Les ingénieurs de l'avenir lumineux" — Mediapart
Carlos Oliva Mendoza: Adolfo Sánchez Vázquez: ¿marxismo radical o crítica romántica? — InfoLibre
Francisco Cabrillo: Cómo Marx cambió el curso de la historia — Expansión
Bernardo Coronel: ¿El marxismo es una ciencia? — La Haine
Sylvain Rakotoarison: Le capitalisme selon Karl Marx — Agora Vox
"Das Kapital", une oeuvre décisive de déconstruction du système de production, d'échange et d'exploitation capitaliste — Le Chiffon Rouge
Ismaël Dupont: Marx et Engels: les vies extravagantes et chagrines des deux théoriciens du communisme! — Le Chiffon Rouge Morlai
Mónica Zas Marcos: Rosa Luxemburgo, el águila de la izquierda que callaron con una bala — El Diario
Karl Marx & Friedrich Engels: Cartas sobre las ciencias de la naturaleza y las matemáticas — Scribb
La tarjeta de crédito de Karl Marx — Perspectivas
Mordraal: Quelques idées reçues sur Marx — Mediapart
Karl Marx et notre Etat profond français de souche — DeDefensa
Marx, el Estado y la política. Un libro de Antoine Artous — Scribb
Mehdi Touassi: Relire Marx en 2017 — LuxeRadio
Omar Carreón Abud: El Capital fue una obra pensada para enseñar a razonar científicamente a la clase obrera — Crónica de Chihuahua
Un asilo recrea época comunista en Alemania como terapia para los ancianos — Nación 321
Angelo Deiana: Chi possiede veramente oggi i mezzi della produzione? Una rilettura di Marx per comprendere il futuro — Formiche
Karl Marx et le prince-président Macron — DeDefensa
Entre Marx y dos economistas, ¿una práctica criminal o la justificación de un mundo violento? La Conversación
A los 100 años de su nacimiento, la obra de Eric Hobsbawm sigue siendo referente — La Vanguardia
Eric Hobsbawm: El último marxista de occidente — Milenio
Eric Hobsbawm, el historiador marxista que explicó el siglo XX — Diario de Sevilla
Romain Chiron: Bobigny: La cité Karl Marx se réinvente en quartier résidentiel — Le Parisien
Maciek Wisniewski: Tres despachos sobre György Lukács – La Haine
Quand Youssef Chahed cite Karl Marx (Video) – Huffington Post
Michael Heinrich - Entretien réalisé et traduit par Jérôme Skalski: «Avec Marx, on ne peut pas séparer la vie et l’œuvre» - L’Humanité
Jérôme Skalski: Lire "Le Capital", un appel au possible du XXIe siècle - L’Humanité
Face aux impostures libérales, Marx, penseur capital - L’Humanité
Karl Marx en el diván: la psiquiatría franquista como arma — El País
Andrea Vitale: Lo spettro di Marx — Operai Contro
Daniel Álvaro: El problema de la comunidad. Marx, Tònnies, Weber (PDF) — Dialnet, Universidad de La Rioja
Marx y la Teoría del Derecho — Scribd
El marxismo y los juegos malabares — Diario de Jerez
Jorge Ortega Reyna & Víctor Hugo Pacheco Chávez: John Berger: Un marxismo para el mañana — Memoria
Roberto Fineschi: El Capital tras la edición histórico-crítica — Viento Sur
Daniela Gros: Il giovane Karl Marx — Moked
Saoudi Abdelaziz: 1882. Karl Marx se fait couper la barbe à Alger — Le blog de algerie-infos
Jaime Osorio: La teoría marxista de la dependencia revisitada — Viento Sur
Andrés Arnone: Naturaleza y economía en Marx y Engels: de procesos naturales y construcciones sociales — La Izquierda Diario
Gustau Nerín: El 'Manifiesto comunista' de Marx y Engels, vuelve — El Nacional
Luigi Mascheroni: Che borghese quel Karl Marx. Parola di Morselli — Il Giornale
Eros Barone: Il segreto del potere capitalistico — Varese News
Luis Escalante: El hondureño que le escribió a Karl Marx — Hablemos de Honduras
José Roberto Herrera Zúñiga: El terrorismo individual: un análisis desde el marxismo clásico — Universidad de Costa Rica