"No hay porvenir sin Marx. Sin la memoria y sin la herencia de Marx: en todo caso de un cierto Marx: de su genio, de al menos uno de sus espíritus. Pues ésta será nuestra hipótesis o más bien nuestra toma de partido: hay más de uno, debe haber más de uno." — Jacques Derrida

21/10/16

Avec Marx, le bonheur est émancipation politique

La vie du révolutionnaire nous enseigne qu’être heureux n’est pas une affaire de réussite personnelle, c’est être témoin d’une époque.

Karl Marx ✆ A.d.
Paul B. Preciado

Aune époque où la psychologie de la réussite personnelle se présente comme l’ultime graal du néolibéralisme, pour faire face au sinistre festival de violences politiques, économiques et écologiques dans lesquelles nous sommes impliqués, la biographie de Karl Marx écrite par le journaliste britannique Francis Wheen peut se lire comme un puissant antidote aux plans de coaching de développement personnel. Au fil des joyeuses infortunes de Marx, on peut imaginer une sorte d’antipsychologie du moi pour usagers d’un monde en décomposition. Le bonheur, en tant que réussite personnelle, n’est autre que l’extension de la logique du capital à la production de la subjectivité.

S’intéressant à la vie difficile et tumultueuse de Marx on peut conclure que, contrairement à ce que la psychologie du moi et du dépassement personnel cherche à nous faire croire, le bonheur ne dépend pas de la réussite professionnelle ou de l’accumulation de richesses. Le bonheur ne se trouve pas à travers le management émotionnel, ne réside pas dans l’équilibre psychologique entendu comme gestion des ressources personnelles et contrôle des affects. Et même si c’est difficile à admettre, il ne dépend ni de la santé ni de la beauté.

Marx a passé la majeure partie de sa vie persécuté, malade, souffrant de la faim et de la misère. Sa carrière d’auteur commence avec la censure et se conclut sur un échec éditorial. Son premier article, écrit à 26 ans, était une critique des lois de censure promulguées par le roi Frédéric-Guillaume IV. Comme il aurait pu en avoir l’intuition, l’article fut immédiatement censuré. La même censure frappa le premier article qu’il rédigea pour la Rheinische Zeitung,le texte ayant été déclaré «critique irrévérencieuse et irrespectueuse des institutions gouvernementales.»

La plus importante de ses œuvres fut reçue dans l’indifférence de la critique et des lecteurs. Le premier volume du Capital, auquel il avait consacré cinq ans de sa vie, passa quasiment inaperçu et il ne s’en vendit, durant la vie de l’auteur, que quelques centaines d’exemplaires. Et Marx ne vécut pas assez longtemps pour voir publier les deux autres volumes du Capital.

S’il ne rencontra guère de succès dans l’écriture, il vécut dans un inconfort constant. Dès 1845, et pendant plus de vingt ans, il fut réfugié politique dans trois pays différents, la France, la Belgique et surtout le Royaume-Uni, avec sa femme, Jenny, et ses enfants. Durant son périple, Marx, qui disait lui-même ne pas être physiquement et psychiquement apte à un autre travail qu’intellectuel, fut acculé à mettre en gage la totalité de ses possessions, meubles et manteaux compris. Deux de ses enfants furent emportés par des maladies dues à la faim, à l’humidité, au froid. Lui-même souffrit de coliques hépatiques, de rhumatismes, de rages de dents et de migraines. Il écrivit une grande partie de ses livres debout parce que ses furoncles infectés ne lui permettaient pas de rester assis. Marx était un homme laid et on ne peut pas dire qu’il fut bon. Il partageait la majorité des préjugés raciaux et sexuels de son époque, et bien que d’origine juive, il n’hésitait pas à user d’insultes antisémites.

Francis Wheen dresse le portrait d’un Marx autoritaire et fanfaron, incapable d’accepter la critique, sans cesse impliqué dans des disputes entre amis, ennemis et adversaires à qui il envoyait de longues lettres d’injures.

Marx ne connut ni succès économique ni popularité, et s’il avait vécu à l’époque de Facebook, il aurait eu davantage de détracteurs que d’amis.

Cependant, on peut dire que Marx fut un homme intensément heureux. Les partisans du développement personnel pourraient même dire que la clé de son bonheur résidait dans son optimisme immodéré. Mais cette passion n’avait aucun rapport avec la stupide exhortation au feel good néolibéral. L’optimisme de Marx était dialectique, révolutionnaire, presque apocalyptique. Un pessimisme optimiste. Marx ne désirait pas que tout s’améliore, mais bien que les choses empirent au point qu’elles seraient perçues par la conscience collective comme devant être soumises aux changements. C’est ainsi qu’il rêvait, dans ses incessantes conversations avec Engels, à l’augmentation des prix, à l’effondrement économique total qui, selon ses prédictions - dont on sait aujourd’hui qu’elles étaient fausses -, mèneraient à une révolution ouvrière.

Il n’a que 27 ans lorsqu’on lui retire le passeport prussien, l’accusant de déloyauté politique. Marx accueille l’annonce avec une déclaration réfutant toute forme de victimisme : «Le gouvernement, dit-il, m’a rendu la liberté.» Il ne demande pas à être reconnu comme citoyen, mais à utiliser la liberté que lui offre l’exil. Dans les réunions de réfugiés de tous les pays mûrit l’idée de l’Internationale comme force prolétaire transversale, capable de défier l’organisation Etat-nation et ses empires.

Le bonheur de Marx réside aussi dans son incorruptible sens de l’humour quand il dit : «Je ne pense pas qu’on ait autant écrit sur l’argent tout en en manquant à ce point», dans la passion qu’il met à lire Shakespeare à ses enfants, dans les conversations avec Engels et dans son désir de comprendre la complexité du monde.

La vie de Marx nous enseigne que le bonheur est une forme d’émancipation politique : le pouvoir de refuser les conventions d’une époque et, avec elles, le succès, la propriété, la beauté, la gloire, la dignité… comme principales lignes d’organisation d’une existence. Le bonheur se tient dans la capacité de sentir la totalité des choses comme faisant partie de nous-mêmes, propriété de tous et de personne. Le bonheur se tient dans la conviction qu’être vivant, c’est être témoin d’une époque, et ainsi se sentir responsable, vitalement et passionnément responsable, de la destinée collective de la planète.
Note
 (1) Karl Marx, biographie inattendue, de Francis Wheen, éd. Calmann Lévy, 408 pp., 28,40 €.
http://www.liberation.fr/ 

Notas sobre Marx, Engels y el marxismo

José Manuel Bermudo Ávila: Concepto de Praxis en el joven Marx Scribb
Josefina L. Martínez: Feminismo & Socialismo marxista - Eleanor Marx, la cuestión de la mujer y el socialismo Rebelión
Il “Capitale” di Marx, ricerca storica a 150 anni dalla pubblicazione del Volume I — Bergamo News
Entretien avec Michael Heinrich: Débat. “Le Capital”: un travail colossal “pour percer un système complet de fausses perceptions” — A l’encontre
Entrevista a Michael Heinrich: El Capital: una obra colosal “para desenmascarar un sistema completo de falsas percepciones” — Viento Sur
Robin Clapp: El Capital de Marx cumple 150 años: un análisis y una crítica inigualables del capitalismo, relevante todavía hoy — Werken Rojo
A 150 años de la primera edición de "El Capital": Una obra que trascendió a su época — La Arena
La dialéctica de lo abstracto y lo concreto en "El Capital" de Marx de Evald Vasiliévich Iliénkov — Templando el Acero
Francesc Torralba: "Todo lo sólido se desvanece en el aire" - ¿Y si Marx tuviera razón? — Vida Nueva
Michel Husson: Marx, Piketty et Aghion sur la productivité — A l’encontre
El “Dragón Rojo”, en Manchester: Cierran el histórico pub donde Marx y Engels charlaban "entre copa y copa" — BigNews Tonight
El capitalismo se come al bar donde Marx y Engels debatían sobre comunismo — El Español
Carta de Karl Marx al rabino Baruch Levi — Metapedia (Publicada en la "Revue de Paris" el 01-06-1928)
Tony Blair confiesa haber "tanteado el marxismo" — Sputnik
“Karl Marx le Retour” de Howard Zinn — Le Repúblicain Lorrain
Engels y la independencia política de los trabajadores — Marxist Internet Archive
Ante el fallecimiento de Friedrich Engels — OM Radio
Conmemoramos la vida del camarada Engels — Abayarde Rojo.
Hassan Pérez Casabona: Federico Engels, titán de las ideas — Trabajadores
Cinco aportes de Engels a 122 años de su muerte — Zócalo
Shameel Thahir Silva: Pensando en el nuevo partido de las FARC-EP y su marxismo-leninismo — Rebelión
Vingtras: "Les ingénieurs de l'avenir lumineux" — Mediapart
Carlos Oliva Mendoza: Adolfo Sánchez Vázquez: ¿marxismo radical o crítica romántica? — InfoLibre
Francisco Cabrillo: Cómo Marx cambió el curso de la historia — Expansión
Bernardo Coronel: ¿El marxismo es una ciencia? — La Haine
Sylvain Rakotoarison: Le capitalisme selon Karl Marx — Agora Vox
"Das Kapital", une oeuvre décisive de déconstruction du système de production, d'échange et d'exploitation capitaliste — Le Chiffon Rouge
Ismaël Dupont: Marx et Engels: les vies extravagantes et chagrines des deux théoriciens du communisme! — Le Chiffon Rouge Morlai
Mónica Zas Marcos: Rosa Luxemburgo, el águila de la izquierda que callaron con una bala — El Diario
Karl Marx & Friedrich Engels: Cartas sobre las ciencias de la naturaleza y las matemáticas — Scribb
La tarjeta de crédito de Karl Marx — Perspectivas
Mordraal: Quelques idées reçues sur Marx — Mediapart
Karl Marx et notre Etat profond français de souche — DeDefensa
Marx, el Estado y la política. Un libro de Antoine Artous — Scribb
Mehdi Touassi: Relire Marx en 2017 — LuxeRadio
Omar Carreón Abud: El Capital fue una obra pensada para enseñar a razonar científicamente a la clase obrera — Crónica de Chihuahua
Un asilo recrea época comunista en Alemania como terapia para los ancianos — Nación 321
Angelo Deiana: Chi possiede veramente oggi i mezzi della produzione? Una rilettura di Marx per comprendere il futuro — Formiche
Karl Marx et le prince-président Macron — DeDefensa
Entre Marx y dos economistas, ¿una práctica criminal o la justificación de un mundo violento? La Conversación
A los 100 años de su nacimiento, la obra de Eric Hobsbawm sigue siendo referente — La Vanguardia
Eric Hobsbawm: El último marxista de occidente — Milenio
Eric Hobsbawm, el historiador marxista que explicó el siglo XX — Diario de Sevilla
Romain Chiron: Bobigny: La cité Karl Marx se réinvente en quartier résidentiel — Le Parisien
Maciek Wisniewski: Tres despachos sobre György Lukács – La Haine
Quand Youssef Chahed cite Karl Marx (Video) – Huffington Post
Michael Heinrich - Entretien réalisé et traduit par Jérôme Skalski: «Avec Marx, on ne peut pas séparer la vie et l’œuvre» - L’Humanité
Jérôme Skalski: Lire "Le Capital", un appel au possible du XXIe siècle - L’Humanité
Face aux impostures libérales, Marx, penseur capital - L’Humanité
Karl Marx en el diván: la psiquiatría franquista como arma — El País
Andrea Vitale: Lo spettro di Marx — Operai Contro
Daniel Álvaro: El problema de la comunidad. Marx, Tònnies, Weber (PDF) — Dialnet, Universidad de La Rioja
Marx y la Teoría del Derecho — Scribd
El marxismo y los juegos malabares — Diario de Jerez
Jorge Ortega Reyna & Víctor Hugo Pacheco Chávez: John Berger: Un marxismo para el mañana — Memoria
Roberto Fineschi: El Capital tras la edición histórico-crítica — Viento Sur
Daniela Gros: Il giovane Karl Marx — Moked
Saoudi Abdelaziz: 1882. Karl Marx se fait couper la barbe à Alger — Le blog de algerie-infos
Jaime Osorio: La teoría marxista de la dependencia revisitada — Viento Sur
Andrés Arnone: Naturaleza y economía en Marx y Engels: de procesos naturales y construcciones sociales — La Izquierda Diario
Gustau Nerín: El 'Manifiesto comunista' de Marx y Engels, vuelve — El Nacional
Luigi Mascheroni: Che borghese quel Karl Marx. Parola di Morselli — Il Giornale
Eros Barone: Il segreto del potere capitalistico — Varese News
Luis Escalante: El hondureño que le escribió a Karl Marx — Hablemos de Honduras
José Roberto Herrera Zúñiga: El terrorismo individual: un análisis desde el marxismo clásico — Universidad de Costa Rica