"No hay porvenir sin Marx. Sin la memoria y sin la herencia de Marx: en todo caso de un cierto Marx: de su genio, de al menos uno de sus espíritus. Pues ésta será nuestra hipótesis o más bien nuestra toma de partido: hay más de uno, debe haber más de uno." — Jacques Derrida

3/10/13

L'ideologie chez Marx: Concept politique ou theme polemique?

Karl Marx ✆ Wilson Morfe
Laurent GAYOT  |  A partir d'une synthèse et d'une systématisation des principaux travaux portant sur le thème de l'idéologie chez Marx et effectués par les principaux commentateurs français (Althusser, Balibar, Labica, Ricoeur, Tort, Renault, Capdevila, Ngoc Vu...), notre étude tente de proposer une définition complète et cohérente du concept d'idéologie et de résoudre les apories qui semblaient le traverser.

Se proposer aujourd’hui d’étudier le concept d’idéologie chez Marx, c’est semble-t-il se heurter à une situation éminemment paradoxale. Et ce d’abord parce que la notion paraît manquer singulièrement d’assise dans le corpus marxien lui-même. Elle apparaît en effet dans une œuvre inachevée (L’Idéologie allemande) qui ne sera publiée intégralement pour la première fois qu’en 1932, soit près de quatre-vingt dix ans après sa rédaction. Le manuscrit aura en outre entre temps été copieusement entamé par la « critique rongeuse des souris » qui nous prive d’un certain nombre de passages dont on peut supposer qu’ils auraient pu apporter des précisions utiles à la compréhension du concept. Car, troisième problème, les passages théoriques consacrés à l’idéologie ne représentent en fin de compte, dans L’Idéologie allemande, qu’un volume réduit si on les compare à la massivité d’une œuvre de plus de 500 pages. Tout se passe comme si Marx et Engels, emportés par leur verve polémique
contre Feuerbach, Bauer et surtout Stirner, délaissaient tendanciellement le terrain de la conceptualisation rigoureuse pour celui de la simple offensive vigoureuse. Occupés à démontrer et à démonter les sophismes et les paralogismes de « Saint Max » et consorts, Marx et Engels ne semblent guère se soucier de rattacher explicitement leurs analyses pointilleuses à la notion qui donne son titre à l’ouvrage. Enfin, à cette thématisation insuffisante, s’ajoute le fait que le concept d’idéologie se raréfie rapidement dans les œuvres de Marx, avant de disparaître complètement. Encore utilisé de façon discrète jusqu’en 1852, le thème
s’absente ensuite définitivement des écrits marxiens et ne figure par exemple pas dans le corps du Capital. Inachèvement, indétermination, imprécision, fugacité – c’est le réseau sémantique du manque qui semble de prime abord entourer le concept d’idéologie.
              
Pourtant, et c’est ici que le paradoxe s’aiguise, loin que ces faiblesses initiales aient entraîné un oubli du concept d’idéologie, celui-ci a connu au contraire une incroyable fortune ou, si l’on préfère, une riche descendance. C’est d’abord, et cela ne constitue pas en soi une réelle surprise, au sein du marxisme que le terme a inspiré de nombreux développements, quoique ceux-ci se soient d’abord référés au concept d’idéologie tel qu’il avait été repris par Engels dans l’Anti-Dühring et dans son Ludwig Feuerbach et la sortie de la philosophie classique allemande. Mais le terme s’est également répandu dans un grand nombre d’études universitaires, d’inspiration marxiste ou non, et dans des disciplines aussi variées que la philosophie, la sociologie, la science politique, l’histoire, l’anthropologie, le droit, etc. Enfin et surtout, l’idéologie est devenue un mot constamment utilisé dans le langage courant, par les journalistes, les politiques, les écrivains... – A vrai dire, ces trois types de diffusion ne constituent pas les trois étapes d’une séquence historique qui verrait le terme s’étendre aux utilisations les plus larges à partir d’une signification étroitement marxiste. Et ce d’abord parce que le concept n’a pas été forgé par Marx, mais, un demi-siècle avant lui, par Destutt de Tracy qui introduit le néologisme en 1796 dans son Mémoire sur la faculté de penser, le terme se rapportant alors à une science des idées censée rendre compte de leur formation à partir des sensations, dans la lignée des théories sensualistes de Condillac. Issue de ce programme de recherche, l’école des Idéologues a rapidement subi les railleries de Napoléon ou encore de Chateaubriand pour lequel l’Idéologie devenait une « philosophaillerie ». Et dès 1829, Victor Cousin s’efforçait de restaurer la dignité du concept en précisant, dans son Cours de l’histoire de la philosophie, qu’il importait de passer « aux applications de l’idéologie, à la connaissance des objets et des êtres, à l’aide des idées ». Ainsi, dès l’origine, se sont enchevêtrés les usages philosophiques, universitaires, politiques et polémiques de ce terme. – Quoi qu’il en soit, et c’est là où nous souhaitions en venir, le mot apparaît aujourd’hui chargé d’une riche histoire qui a déposé sur lui un ensemble de significations qui tendent à se projeter rétrospectivement sur la notion marxienne qui elle-même se prête d’autant plus facilement à ces apports clandestins qu’elle ne dispose pas, on l’a vu, d’une conceptualisation suffisamment rigide pour les rejeter fermement. La difficulté consiste donc à retrouver, sous les différentes strates de significations qui se sont accumulées au cours des deux derniers siècles, le sens que conférait à la notion d’idéologie le jeune Marx des années 1845-1846.
              
Plus précisément, notre étude souhaiterait mesurer l’unité du concept d’idéologie chez les auteurs de L’Idéologie allemande. Car celui-ci ne semble pas dénué d’ambiguïtés, si ce n’est de contradictions, qui en menacent la consistance. Nous avons souligné que le vocable qui nous intéresse a vu ses usages se multiplier au cours du XXe siècle. Mais il semble qu’un tel succès ait engendré une certaine dissolution du concept ou du moins la fragilisation de sa scientificité. Or il n’est pas acquis que la polysémie qui frappe aujourd’hui ce terme ne trouve pas sa source chez Marx lui-même. C’est au contraire ce que suggèrent certaines études récentes comme celles de Patrick Tort ou de Nestor Capdevila. De sorte qu’il n’y aurait pas seulement une vacillation de l’idéologie « dans le marxisme » comme l’écrit Etienne Balibar, mais bien déjà dans le manuscrit des années 1845-1846. Balibar va même plus loin: selon lui, les hésitations de L'Idéologie allemande sont moins des oscillations que de véritables contradictions, des apories insolubles. Il convient donc, nous semble-t-il, de déterminer si la polysémie qui affecte le concept d’idéologie est irréductible ou si elle peut se ramener à un dénominateur commun qui fonderait la consistance de la notion, de déterminer, en d’autres termes, si les ambiguïtés qui se logent dans cette dénomination dégénèrent en contradictions ou si elles se résorbent dans une unité plus haute.
               
Il est possible, pour situer, même grossièrement, les lieux du débat, de répertorier trois positions généralement adoptées quant à la question de la consistance théorique du thème de l’idéologie dans L’Idéologie allemande. La première consiste à reconnaître l’existence d’un concept relativement univoque et cohérent d’extension large, disons sociologique : le vocable d’idéologie thématiserait l’ensemble des productions idéelles par lesquelles une classe dominante justifie sa domination (c’est la position traditionnelle). La seconde consiste à souligner que cette conception de l’idéologie est affectée de tensions et d’apories, de sorte qu’il n’y aurait pas tant un concept univoque et cohérent qu’un ensemble de thèmes mal unifiés (c’est la position de Balibar, Tort et Capdevila). La troisième consiste à contester que le thème de l’idéologie ait un statut théorique propre en y voyant plutôt une arme principalement rhétorique utilisée aux seules fins de la polémique contre les Jeunes-Hégéliens (c’est la position à laquelle est conduit Hyondok Choe). Cette dernière interprétation a pour mérite d’attirer l’attention sur la faible extension du concept : loin de désigner un concept général de la domination et de la justification sociales, le terme d’idéologie ne désigne qu’un point de vue idéaliste dont la philosophie jeune-hégélienne constitue l’illustration caricaturale. Mais cette interprétation a le tort de conclure à l’absence d’unité du concept d’idéologie. Le thème de l’idéologie n’est certes qu’un thème subordonné, et même mineur, de L’Idéologie allemande, mais il est de type conceptuel. Et quoique subordonné dans la conception matérialiste de l’histoire que L’Idéologie allemande cherche à élaborer, il n’en remplit pas moins une fonction théorique dans ce projet.

Notas sobre Marx, Engels y el marxismo

Entretien avec Michael Heinrich: Débat. “Le Capital”: un travail colossal “pour percer un système complet de fausses perceptions” — A l’encontre
Jérôme Skalski entrevista a Michael Heinrich: El Capital: una obra colosal “para desenmascarar un sistema completo de falsas percepciones” — Viento Sur
Robin Clapp, Partido Socialista de Inglaterra y Gales: El Capital de Marx cumple 150 años: un análisis y una crítica inigualables del capitalismo, relevante todavía hoy — Werken Rojo
A 150 años de la primera edición de "El Capital": Una obra que trascendió a su época — La Arena
La dialéctica de lo abstracto y lo concreto en "El Capital" de Marx de Evald Vasiliévich Iliénkov — Templando el Acero
Francesc Torralba: "Todo lo sólido se desvanece en el aire" - ¿Y si Marx tuviera razón? — Vida Nueva
Michel Husson: Marx, Piketty et Aghion sur la productivité — A l’encontre
El “Dragón Rojo”, en Manchester: Cierran el histórico pub donde Marx y Engels charlaban "entre copa y copa" — BigNews Tonight
El capitalismo se come al bar donde Marx y Engels debatían sobre comunismo — El Español
Carta de Karl Marx al rabino Baruch Levi — Metapedia (Publicada en la "Revue de Paris" el 01-06-1928)
Tony Blair confiesa haber "tanteado el marxismo" — Sputnik
“Karl Marx le Retour” de Howard Zinn — Le Repúblicain Lorrain
Engels y la independencia política de los trabajadores — Marxist Internet Archive
Ante el fallecimiento de Friedrich Engels — OM Radio
Conmemoramos la vida del camarada Engels — Abayarde Rojo.
Hassan Pérez Casabona: Federico Engels, titán de las ideas — Trabajadores
Cinco aportes de Engels a 122 años de su muerte — Zócalo
Shameel Thahir Silva: Pensando en el nuevo partido de las FARC-EP y su marxismo-leninismo — Rebelión
Vingtras: "Les ingénieurs de l'avenir lumineux" — Mediapart
Carlos Oliva Mendoza: Adolfo Sánchez Vázquez: ¿marxismo radical o crítica romántica? — InfoLibre
Francisco Cabrillo: Cómo Marx cambió el curso de la historia — Expansión
Bernardo Coronel: ¿El marxismo es una ciencia? — La Haine
Sylvain Rakotoarison: Le capitalisme selon Karl Marx — Agora Vox
Il y a 150 ans, le 17 juillet 1867, Karl Marx publiait "Das Kapital" à Londres, une oeuvre décisive de déconstruction du système de production, d'échange et d'exploitation capitaliste — Le Chiffon Rouge Morlaix
Ismaël Dupont: Marx et Engels: les vies extravagantes et chagrines des deux théoriciens du communisme! — Le Chiffon Rouge Morlai
Mónica Zas Marcos: Rosa Luxemburgo, el águila de la izquierda que callaron con una bala — El Diario
Karl Marx & Friedrich Engels: Cartas sobre las ciencias de la naturaleza y las matemáticas — Scribb (*)
La tarjeta de crédito de Karl Marx — Perspectivas
Mordraal: Quelques idées reçues sur Marx — Mediapart
Karl Marx et notre Etat profond français de souche — DeDefensa
Marx, el Estado y la política. Un libro de Antoine Artous — Scribb
Mehdi Touassi: Relire Marx en 2017 — LuxeRadio
Omar Carreón Abud: El Capital fue una obra pensada para enseñar a razonar científicamente a la clase obrera — Crónica de Chihuahua
Un asilo recrea época comunista en Alemania como terapia para los ancianos — Nación 321
Angelo Deiana: Chi possiede veramente oggi i mezzi della produzione? Una rilettura di Marx per comprendere il futuro — Formiche
Karl Marx et le prince-président Macron — DeDefensa
Entre Marx y dos economistas, ¿una práctica criminal o la justificación de un mundo violento? La Conversación
A los 100 años de su nacimiento, la obra de Eric Hobsbawm sigue siendo referente — La Vanguardia
Eric Hobsbawm: El último marxista de occidente — Milenio
Eric Hobsbawm, el historiador marxista que explicó el siglo XX — Diario de Sevilla
Romain Chiron: Bobigny: La cité Karl Marx se réinvente en quartier résidentiel — Le Parisien
Maciek Wisniewski: Tres despachos sobre György Lukács – La Haine
Quand Youssef Chahed cite Karl Marx (Video) – Huffington Post
Michael Heinrich - Entretien réalisé et traduit par Jérôme Skalski: «Avec Marx, on ne peut pas séparer la vie et l’œuvre» - L’Humanité
Jérôme Skalski: Lire "Le Capital", un appel au possible du XXIe siècle - L’Humanité
Face aux impostures libérales, Marx, penseur capital - L’Humanité
Karl Marx en el diván: la psiquiatría franquista como arma — El País
Andrea Vitale: Lo spettro di Marx — Operai Contro
Daniel Álvaro: El problema de la comunidad. Marx, Tònnies, Weber (PDF) — Dialnet, Universidad de La Rioja (*)
Marx y la Teoría del Derecho — Scribd
El marxismo y los juegos malabares — Diario de Jerez
Jorge Ortega Reyna & Víctor Hugo Pacheco Chávez: John Berger: Un marxismo para el mañana — Memoria
Roberto Fineschi: El Capital tras la edición histórico-crítica — Viento Sur
Daniela Gros: Il giovane Karl Marx — Moked
Saoudi Abdelaziz: 1882. Karl Marx se fait couper la barbe à Alger — Le blog de algerie-infos
Jaime Osorio: La teoría marxista de la dependencia revisitada — Viento Sur
Andrés Arnone: Naturaleza y economía en Marx y Engels: de procesos naturales y construcciones sociales — La Izquierda Diario
Gustau Nerín: El 'Manifiesto comunista' de Marx y Engels, vuelve — El Nacional
Luigi Mascheroni: Che borghese quel Karl Marx. Parola di Morselli — Il Giornale
Eros Barone: Il segreto del potere capitalistico — Varese News
Luis Escalante: El hondureño que le escribió a Karl Marx — Hablemos de Honduras
José Roberto Herrera Zúñiga: El terrorismo individual: un análisis desde el marxismo clásico — Universidad de Costa Rica
Albert Sáez: Salarios y beneficios — El Periódico
Tres marxistas negros, las sociedades de color y el marxismo en Cuba (1940-1961) — Rebelión
Juan J. Paz y Miño cuenta algo insólito en Ecuador: Marxismo probancario — El Telégrafo
André Tosel: Marxismos, neo-marxismos y post-marxismos — Viento Sur
Mathieu Ait Lachkar: Jeunes en campagne : Amin, de Karl Marx à Jean-Luc Mélenchon — Ouest-France
_____________________
(*) Acceso indirecto